Le Luberon fait son cinéma

Mis à jour le 07/09/2021

Que diriez-vous de découvrir le Luberon et ses paysages à travers un film ? Que vous soyez plutôt romance, comédie ou film policier, il y aura forcément un film pour vous. Les paysages préservés et les villages perchés attirent immanquablement le cinéma. Installez-vous confortablement, nous vous dévoilons la liste des films cultes tournés en Luberon.

Une Grande Année / A Good Year (2006)

Envie d’un film frais et léger tourné dans l’un des plus beaux vignobles du Luberon ? Direction le Château la Canorgue à Bonnieux où la douceur de la vie provençale convinc même les plus citadins.

« Max Skinner, un banquier d'affaires anglais, hérite du vignoble provençal où il passait autrefois ses vacances d'été aux côtés de son oncle. Il y retrouve Francis Duflot, le vigneron qu'il a connu enfant et qui veille depuis trente ans sur les cépages.
Alors qu'il prend possession de ses terres, Max apprend qu'il est suspendu suite à une de ses transactions douteuses. Il se résout à s'installer quelque temps dans la propriété. Sachant qu'un château et un vignoble peuvent valoir plusieurs millions de dollars si le vin est bon, il envisage de vendre. Pourtant, il faut se rendre à l'évidence : le domaine ne produit qu'une horrible vinasse.
Max commence peu à peu à goûter la douceur de la vie provençale, mais une jeune Californienne, Christie Roberts, débarque soudain et prétend qu'elle est la fille illégitime de l'oncle décédé, ce qui pourrait faire d'elle l'héritière du domaine... »

Lieux de tournage : Bonnieux, Gordes et Cucuron

L'Été Meurtrier (1983)

Changement d’ambiance avec « L’été meurtrier ». Même si l’amour est présent dans ce film tourné en 1983, il penche plus vers le dramatique.

« En 1976, la jeune Éliane, sensuelle et aguicheuse, emménage dans un petit village de Provence avec Gabriel, son père adoptif paralytique et sa mère Eva Braun. La jeune femme fait alors la rencontre d'un pompier volontaire du village, surnommé Pin-Pon, dont elle finit par tomber amoureuse. »

Leur liaison passionnée heurte la mère de Pin-Pon, d'autant plus qu'Éliane pose des questions sur le père décédé de Florimond. Il s'avère qu'Éliane est le fruit du viol de sa mère par trois inconnus (le mari de sa mère ne l'a jamais reconnue) dont le père de Florimond. Le père de la famille Montecciari étant décédé, elle met au point une machination pour se venger du duo toujours en vie, et, faisant croire qu'elle est enceinte, se fait épouser de Florimond. Mais elle découvre qu'elle s'est trompée : son père adoptif avait abattu voici plusieurs années les vrais violeurs. Éliane, déjà tourmentée psychologiquement, sombre dans la folie. Désespéré de l'état mental de sa femme, Florimond croit qu'Éliane est la victime de deux pervers qui l'ont prostituée, d'après les bruits qu'elle avait fait courir avant de perdre la raison. Il abat les deux hommes avant de réaliser son erreur.

Entre le village de Gordes et celui de Goult, Isabelle Adjani et Alain Souchon ont interprété ses personnages qui ont marqués les années 80. Dans ce cadre tranquille, il est agréable de mettre en scène la passion et la folie.

Lieux de tournage : Carpentras, Saint-Saturnin-les-Apt, Gargas, Murs, Roussillon, Villars, Lioux

« Heureux qui comme Ulysse » (1970)

« Heureux qui comme Ulysse », c’est l’histoire d’une incroyable amitié entre un homme, nommé Antonin et un cheval de 28 ans, appelé Ulysse. Alors que le destin d’Ulysse semble voué à une mort terrible et certaine, Antonin, en route pour les arènes d’Arles, décide de sauver l'animal et choisit de bifurquer vers la Camargue... Leur voyage est marqué par une alte à Roussillon, village classé parmi les plus beaux de France, où les silhouettes d’Ulysse et du grand Fernandel interprétant Antonin déambulent encore.

Lieux de tournage : Roussillon, Cavaillon, Pays d’Apt

A noter : Les couleurs de ce village ont aussi inspiré le réalisateur Claude Lelouch pour quelques scènes de son film « La Belle histoire » tournées dans les ocres.

« Visages, villages » (2017)

« Visages, villages » est un film documentaire de la cinéaste Agnès Varda et du photographe JR.

Lorsqu’Agnès et JR se sont rencontrés en 2015, ils ont aussitôt eu envie de travailler ensemble et décident alors de sillonner, à bord du camion-photomaton de JR, les routes des campagnes de France, à la rencontre des habitants. Au fil de leur périple, vous découvrirez ou retrouverez les visages familiers des Bonnieulais : Jacky, le facteur, Vincent, le carillonneur ou encore Pascal, le garde-champêtre…

Et si Agnès Varda décida de s’arrêter à Bonnieux pour y tourner une partie de ce film, ce n’est pas un hasard. Il faut dire que la cinéaste connaissait bien ce village perché du Luberon car elle fut la propriétaire durant de nombreuses années d’une belle bâtisse située dans le Vallon de l’Aiguebrun entre Bonnieux et Buoux.

A noter : Dans ce village aux allures de crèche, les vieilles pierres ne manquent pas. Dans la comédie « Les Mouettes », Michel Galabru, maire de fiction, occupait une belle bastide.

« La Gloire de mon père » (1990), « Le Château de ma mère » (1991)

Dans le sud du Luberon, le Pays d’Aigues est devenu fameux depuis le tournage des œuvres de Marcel Pagnol. La superbe chapelle de Vaugines, où le Papé (Yves Montand) apprend une vérité cruciale. Les terres sèches des collines d'Ansouis et Mirabeau ont vu gambader Emmanuelle Béart dans son rôle de Manon. Pagnol était encore à l’honneur à Grambois pour "La Gloire de mon père". Ce village a été choisi pour représenter celui de la Treille, près de Marseille. Dans une scène remarquable, "Le Hussard sur le Toit" bondit de toit en toit sur les tuiles romanes usées par le temps.

Plus d’infos : Lieux de tournages de films en Sud Luberon

« Le Château des Oliviers » (1993)

Vous rappelez-vous de la série à succès des années 90 « Le Château des Oliviers » ? Cette série qui a beaucoup contribué à la renommée du Luberon et de l’art de vivre "authentique" de notre destination a été tournée entre Gargas et Ansouis.

« Chaque été, Estelle Laborie descend à Châteauneuf du Pape pour passer les vacances dans la demeure familiale, le Château des Oliviers. Cette année, elle y va pour s'installer, définitivement. Sa décision va ramener à la surface de vieilles histoires, de lointaines rancoeurs et de violentes rivalités. Pierre Séverin, un mystérieux entrepreneur de la région, souhaite raser la propriété pour en faire un parc d'attractions. Son projet a tout l'air d'une vengeance... Estelle arrivera-t-elle à sauver le Château des Oliviers ? »

Lieux de tournage : Gargas, Ansouis

Plus récemment, le tournage de « Gaspard le bandit » s'est déroulé entre autres à Gargas et Apt, Buoux et Ménerbes. Un retour romantique vers le XVIIIe siècle dans ces villages haut perchés, cadre idéal où Jean-Hugues Anglade interprétait ce Robin des bois provençal.

Le Luberon fera aussi office de décor dans de la série britannique « Absolutely fabulous » où vous imaginerez aussi facilement les personnages déjantés en train d’abuser des AOC, dans un épisode époustouflant de drôlerie. D’un domaine viticole à une brasserie, il n’y a que quelques kilomètres. En prenant un café au « Grégoire » à Apt, c’est la comédie « Gazon Maudit » qui se rappellera à votre mémoire.

Si le Luberon a souvent servi d’écrin à des tournages, de très nombreux artistes, comédiens et acteurs ont également choisi cette région pour des vacances ou pour résider de manière permanente, mais chut... tout cela est confidentiel.

 

Pour en savoir plus : Commission du Film Luberon-Vaucluse