Les Bories en Luberon

Article du 15/01/2024                                                                                                                                                                                                              Photo Philippe Clin

 

Disséminées un peu partout sur le territoire du Pays d’Apt Luberon c’est au hasard de balades ou en bordure de routes que vous apercevrez ces petites cabanes en pierre sèche, perdues dans la garrigue, à flanc de colline ou au milieu de terres agricoles. Ces drôles de petits abris habillent le paysage d’une silhouette remarquable et étonnante. Les bories ont résisté au temps et sont certainement les bâtis les plus durables qu’il soit !

 

Où trouver les bories ?


Ces abris en pierre sèche ne sont pas propres au Luberon, de nombreuses autres régions voire de nombreux pays offrent des exemples similaires de cabanes, édifiées selon la même technique mais nommées différemment. En France, par exemple, du côté de Nîmes les bories sont appelées « capitelles » ou encore « caselles » sur les Grandes Causses. On en dénombre également en Espagne, en Irlande, en Italie, au Mexique, au Pérou et en Inde.

En Luberon, la plupart de ces édifices du petit patrimoine se situent sur le plateau des Claparèdes, de Bonnieux jusqu’à Auribeau, ainsi que du côté de Viens et sont la plupart du temps isolés. Ils peuvent cependant être groupés en « village » comme à « l’Enclos des Bories » de Bonnieux et au Village des Bories » de Gordes.
 

Le mot "borie" est provençal et c'est un nom féminin !

Une borie nécessite environ 180 tonnes de pierres !

Les bories, des constructions en pierre sèche
 

Architecture des bories

En forme de ruches, de cloches, de dômes, en gradins, ovales, circulaires, carrées ou coniques, elles paraissent souvent défier l’équilibre. Certaines sont très bien conservées malgré un bâti technique complexe, sans liant ni mortier fait de pierre sèche uniquement !
Un travail titanesque a été nécessaire afin d’épierrer les champs des plateaux calcaires pour les rendre cultivables.

À quoi servaient-elles ?

Elles ont servi d’abris pour les bergers ou d’abris fonctionnels pour les outils des paysans sur les terres éloignées des fermes et probablement d’habitation.

De quand datent ces constructions en pierre ?

Leur période de datation reste néanmoins incertaine, de nombreux auteurs pensent que les bories auraient été érigées au Moyen Age, à l’époque gauloise, voire au Néolithique et ont été remaniées par les hommes suivant les époques.

 

Village des bories 


Les bories sont le plus souvent isolées, mais on les retrouve parfois regroupées tels un village, comme à Gordes !
 

Village des Bories à Gordes

Situé à 4km du village de Gordes, ce village exceptionnel est le témoin de l’art de bâtir la pierre sèche. Matériel agricole d'époque visible dans les bories, vidéo explicative à l'entrée du site et un espace pour les enfants pour fabriquer sa propre borie... 

On ❤ ce lieu atypique et historique !

Randonnées autour de la pierre sèche

À proximité de certaines bories, on trouve d'autres éléments bâtis tels que des clapiers, des enclos contigus ou séparés (pour les animaux), des murs en pierre sèche agencés pour retenir les terrasses en culture, des puits, des citernes et des aiguiers pour les réserves d'eau.
 

>> Et si vous découvriez ces constructions en pierre sèche lors de randonnées ?

• Au départ de Saint-Saturnin-lès-Apt, une boucle offre un bel aperçu de ces constructions remarquables de réserve d'eau : le ''Sentier des Aiguiers'' ainsi que de quelques belles bories.

• Depuis Saignon, le "Chemin de la Gardette" est un bel exemple de clapiers et de bories.

• Enfin, le "Conservatoire des terrasses en culture" de Goult explique parfaitement le monde rural d'autrefois et les cultures réalisées.

 

La borie la plus célèbre est celle du Parc naturel régional du Luberon : son logo, depuis 1977 !

On retrouve la borie dans les crèches provençales au milieu des santons !