GIGNAC

 

Ce village au charme sauvage situé à l’extrémité du massif des ocres est niché dans la végétation. La Doa, rivière des ocriers, le traverse.
Lié à l'industrie de l'ocre, Gignac a aussi exploité le fer au quartier dit "de la Ferrière". La teneur en fer du minerai extrait dans cette mine pouvait atteindre 55%. Il semble d'ailleurs que la mine ait été exploitée dès le Néolithique, jusqu'à la fin de l'époque gallo-romaine.
Le village a beaucoup de charme avec son église romane du XIIe siècle et son abside semi-circulaire, ses belles demeures, son lavoir, ses vestiges, ...  et le château (demeure privée inscrite aux Monuments Historiques).
En 1575, suite à la conversion au calvinisme d'une religieuse défroquée, des villageois s'emparèrent du château. Assiégé par la Ligue à la demande du seigneur Barthélémy de Thomas, le château fut en partie incendié. La reconstruction eut lieu à la fin du XVIIIe siècle.