MENERBES

Plusieurs milliers d'années d'histoire ...

Ménerbes, semblant émerger de la pierre, rappelle que dès le XIe siècle, le village a été une place-forte parfaite. Baptisé en l’honneur de Minerve, déesse romaine, fille de Jupiter, ce village a un riche passé.

La préhistoire a laissé de nombreuses traces : l’abri Soubeyras, le dolmen de "la pichouno" (la petite fille), un monument mégalithique unique en Vaucluse avec celui de la commune voisine de Goult (dolmen de l’Ubac).
Des sources antiques signalent aussi l'emplacement du relais routier « ad Fines » sur la Via Domitia à la limite entre les territoires des Cavares (Cavaillon) et des Albici (Apt).

Saint Castor évêque d’Apt, auteur de nombreux miracles s’est peut-être réfugié dans la grotte San Castro de Ménerbes.
Au Moyen-Age, à partir du XIIe s. les portes d'entrée au village, Saint-Sauveur et Notre-Dame, ainsi qu’une citadelle sont édifiées. Les Carmes du Mont Carmel en Palestine, construisent un couvent. De retour des Croisades, c’est Saint-Louis qui fonde le prieuré Saint-Hilaire.
Au XVIe s., les guerres de religion marquent fortement l'histoire de Ménerbes. Les troupes catholiques du Roi de France et du Pape assiègent le village pendant 5 années avant de faire tomber les calvinistes qui l'occupaient.

Ménerbes, labellisé "Plus beaux villages de France", a connu la popularité grâce à l'écrivain Peter Mayle et son roman "Une année en Provence".

Le village caladé, ses belles maisons et ses hôtels particuliers du XVIe au XVIIIe siècle, a toujours attiré de nombreux artistes célèbres : Nicolas de Staël, Picasso et Dora Maar, ...