APT

Capitale du Luberon

Incontournable pour toute visite en Luberon : le marché du samedi matin  !

A ne pas rater : le Musée d'Apt sur l'histoire du fruit confit, des ocres et la faïence fine du Pays d'Apt

Nous vous proposons un itinéraire pour visiter la ville, récupérez le plan à l'office de tourisme ! 

Apt, la ville qui vous séduira !

Le coeur du Luberon

Située au coeur du Luberon aux pieds du versant nord du massif, Apt s'impose comme la capitale du Luberon. Cette agréable ville typiquement provençale est réputée pour la qualité des produits de son terroir. Apt a l'honneur d'être classée "site remarquable du goût", ce n'est pas pour rien qu'elle est la capitale mondiale du fruit confit ! Avis aux gourmets ! Vous êtes ici dans un pays où l'on mange bien ! Les connaisseurs le savent le samedi matin est le rendez-vous incontournable pour remplir vos assiettes de produits locaux. Vous y trouverez un assortiment exceptionnel des produits du terroir : miel, légumes, fruits de saison gorgés de soleil, les fromages de chèvre etc... Et le tout avec l'accent provençal des producteurs ! Ce que l'on retient de ce marché c'est son ambiance et son authenticité où l'on admire les étals colorés de toutes sortes de produits (terroir et artisanaux). Vos pas seront rythmés par le chant des cigales mais aussi par les musiciens qui jouent d'une rue à une autre. Vous ne saurez plus où donner de la tête et vos sens seront tous émerveillés. A noter de suite dans votre carnet de voyage !

Une terre d'artisan

Apt c'est également une terre artisanale, grâce à ses terres argileuses et ses ocres, le Pays d'Apt a une longue tradition potière. Les faïences d'Apt ont la spécificité de présenter cette "marbrure aptésienne". L'industrie prend encore de l'ampleur avec la découverte de la terre flammée. Vous retrouverez aujourd'hui, dans le centre de la ville des artisans qui perpétuent encore cette tradition. Ainsi Apt est reconnue pour sa faïence fine.

La vieille ville

Cette ville vous séduira également par le charme qui se dégage des petites rues de la vieille ville avec ses nombreuses places occupées par de majestueuses fontaines, par ses hôtels particuliers et ses remparts qui font partie du décor ! Et pour couronner le tout, en toile de fond vous avez les paysages des collines du Luberon qui se dessinent d'un côté parfumées par la lavande et de l'autre les monts de Vaucluse où se profilent en premier plan les collines teintées d'ocres. Pas de doute vous êtes bel et bien au coeur de notre belle Provence !

Apta Julia, fondée par les Romains vers 45 avant JC. sur la Via Domitia, fut sans doute baptisée en hommage à Jules César qui consacre dans la "pax romana" le jumelage entre Romains et indigènes.

La tradition veut que Jules César se soit arrêté à Apt au retour d'une campagne.
Au cours de la période de la « Gaule Narbonnaise », Apt est l’une des 24 cités. Très prospère, Apta Julia possède un forum, un arc de triomphe, un capitole, un temple, des thermes et un théâtre aussi important que celui d'Orange. Sa population est d’environ 10 000 habitants (à peine moins qu’aujourd’hui).

Au IIe s., elle accueille l'empereur Hadrien qui laisse une épitaphe pour l'un de ses chevaux favoris, Borysthène.
Lors du premier concile d’Occident (IVe siècle) qui a lieu en Arles, l’évêché d’Apt est représenté. C’est l’un des diocèses historiques de la Provence.
En 895, malgré des fortifications, Apt est pillée par les Sarrasins ; les populations soucieuses de se défendre  refluent vers les hauteurs.
Co-seigneurs, consuls, Apt a ensuite été administrée par les princes-évêques pour le quartier de la Bouquerie et les bayles celui de Saint-Pierre.
Au cours du Moyen-Age, enserrée dans ses remparts, Apt mène une vie intense, épaulée par un commerce florissant et son marché. Au XIVe siècle, elle bénéficie de l'installation de la papauté en Avignon. Le Concile régional de 1365 se tient dans la ville ; le Pape Urbain V y est présent.
En 1483, la Provence se donne à la France ; Apt suit.
Les nombreuses épidémies de peste (1348, 1720, etc.) ravagent la Provence. Apt n’y échappe pas.
L’année 1540 est le début de la répression contre les Vaudois. Collin Pellenc, vigneron est brûlé vif au Postel. Dès 1460, 1400 familles vaudoises venues d’Italie du Nord se sont installées dans le Luberon comme au hameau de Roquefure. La répression catholique contre les Vaudois conduit à une véritable guerre civile. Apt subira plusieurs sièges de la part des Réformés. Entourée de places-fortes protestantes (Ménerbes, Sivergues, Buoux), la ville demeure fidèlement catholique. Après le « massacre de Mérindol », on compte 24 villages détruits et 3000 morts.
Au XVIIe siècle, Louis XIII et Anne d’Autriche en mal d’héritier demandent des prières publiques et se vouent au culte de Sainte Anne. A la demande de la reine, les Consuls lui adressent une relique de sa sainte patronne conservée à la Cathédrale. Bien après la naissance du futur Louis XIV, du 27 au 29 mars 1660, Anne d’Autriche est accueillie dans la ville. Cette visite contribuera énormément au développement du culte de la mère de la Sainte Vierge.
Du XVIIe au XVIIIe siècle, la vie intellectuelle d'Apt est marquée, autour de quelques érudits locaux, par un intense renouveau. En 1789, Apt participe aux travaux préliminaires des réformes et adopte les principes de la Révolution. En 1790, l’ancienne viguerie est promue au rang de sous-préfecture.
Le XIXe siècle, hormis les multiples soubresauts politiques, sera pour Apt celui de l’arrivée du chemin de fer et d’implantations industrielles, venant confirmer les activités traditionnelles de la cité : ocres, faïences, chapellerie, cire, fruits confits, fer, soufre etc. Un siècle plus tard, la plupart ont disparu.


Aujourd’hui, au centre d’un Parc Naturel Régional, Apt est la "capitale" de son pays, le Pays d’Apt en Luberon.