AURIBEAU

 

Niché dans la verdure et les fleurs (Ville Fleurie ***), sur les contreforts du Grand Luberon qui culmine à 1125m, Auribeau offre à ses habitants, agriculteurs pour la plupart, de belles demeures paysannes, l’église Sainte Croix, des ruelles caladées, … un cadre de vie authentiquement rural.
Edifié sur un passage qui permettait le trafic des marchandises, de la vallée du Calavon à celle de la Durance, au travers du massif du Luberon, il semble que d’après un spécialiste,  Auribeau doive son nom à l’or, tout simplement. Ce toponyme Auribello, attesté en 1274, aurait peut-être aussi une origine liée au vent.

Ce site fut occupé de tout temps. Il a été possession des comtes de Forcalquier, des Sabran, des Simiane et des comtes de Provence. La Reine Jeanne céda le fief qui ensuite passa successivement à différentes familles nobles.

Hors les murs, Saint Pierre, le village primitif était un pur site défensif. Restauré récemment, il présente de beaux vestiges : une tour carrée, un donjon, des maisons. Les murs de la chapelle Saint-Pierre remontent à la seconde moitié du XIIe siècle. Elle fut sans doute consacrée par Pierre de Saint-Paul, évêque d’Apt.

Le castrum remonte au XIIe s., mais le village actuel a été fondé en 1530.
A partir du village, deux sentiers vous conduisent au point culminant du Luberon, le Mourre-Nègre, à 1125m d'altitude. L’Aiguebrun, une petite rivière de 23km prend sa source sur le territoire.