ANNE D'AUTRICHE ET SAINT-ANNE D'APT

Une reine à Apt

Depuis la découverte des reliques au VIIIe siècle, le corps de Sainte-Anne est devenu l'objet d'une grande vénération.

On dit que la grille menant aux cryptes était usée sous les baisers fervents des pèlerins. Des saints, des papes, des rois se déplaçaient pour prier dans le sanctuaire : Urbain II pour prêcher la première croisade, Urbain V, pour prier sur la tombe de ses parents ensevelis près des reliques, le cardinal Pierre de Luxembourg qui fut béatifié, Guy de Lusignan, ... Mais le plus fameux pèlerinage fut accompli par la Reine Anne d'Autriche, très dévouée à sa sainte patronne.

Les dons de parcelles de reliques s’étaient beaucoup multipliés. Pour cette raison, en 1621, le Parlement avait interdit d’y toucher sans l’autorisation du roi.

Vingt-deux années après son mariage, la reine est sans enfant ; l’avenir de la dynastie est compromis. Le 10 novembre 1623, Anne adresse une lettre de cachet au sanctuaire et aux Consuls d’Apt, avec un ordre de Louis XIII au Parlement de Provence et la délégation d'un commissaire. Dans ce courrier, la reine sollicite une parcelle des reliques, en laquelle elle met tous ses espoirs « d’avoir bientôt un Dauphin ».

La châsse est ouverte par l’évêque d’Apt qui retire une phalange du doigt. François de Vintimille et Jean Signoret, prévôt du chapitre sont chargés de l’apporter à la reine.

Le futur Louis XIV naît en 1638. Lors du voyage du Roi pour son mariage, la Reine-mère reconnaissant l’accomplissement de son vœu, se met en route pour Apt. Elle est accompagnée par Mademoiselle d’Orléans, sa suite et une importante escorte.

La ville d’Apt est en effervescence. Les officiers royaux, la noblesse, les bourgeois l’accueillent le 27 mars 1660. Anne fait son entrée sous un arc de triomphe par la Porte de la Bouquerie. On la conduit ensuite à la maison de M. des Beaumettes, préparée spécialement.

Le lendemain, l’évêque Modeste de Villeneuve l’escorte à la Cathédrale. A la tête du clergé local, il lui fait un accueil solennel.

Après ses dévotions, Anne fait des offrandes : une statue de la sainte en or massif, un aigle d’or orné d’émeraudes et une couronne garnie de rubis et de perles fines. Elle s’engage à faire célébrer 6 messes par an à perpétuité (l’acte est gravé sur une plaque de cuivre) et promet une somme de 8000 livres destinée aux travaux engagés depuis 5 ans pour la construction de la chapelle Sainte Anne. Elle descend dans les cryptes sous le maître-autel de la cathédrale et visite ensuite le Couvent des Cordeliers où sont inhumés Saint Elzéar et Sainte Delphine de Sabran.

Des on côté, Apt, déjà réputée pour ses sucreries, offre à la Reine « 6 livres de confitures sèches, 4 livres de dragées et 3 livres et demi d’anis enrobé de sucre ».

Les Aptésiens attribuèrent volontiers à leur patronne la fécondité de la Reine. Et, cette visite royale prestigieuse eut pour effet de contribuer au renom du culte de l'aïeule du Christ et de la ville.